© Copyrignt 2015 Montgeron Arts Martiaux (M.A.M.)

Twitter
Facebook
3-LOGO_SPORT RESP_150.png

Gichin FUNAKOSHI est le plus illustre des grands Maîtres de l'histoire du Karaté-do. Il naquit à Shuri dans la Préfecture d'Okinawa en 1868 et étudia le Karaté-do dès sa plus tendre enfance. Il fut le premier à promouvoir cet art pour lequel il organisa les premières représentations publiques. En tant que président de l'Association pour l'Esprit des Arts Martiaux d'Okinawa, il fut choisi pour représenter le Karaté-do à la première démonstration nationale d'athlétisme à Tokyo en 1922.

 

Ceci eut pour conséquence l'introduction de cet art martial ancestral, d'abord au Japon, puis, plus tard, à travers le monde entier. Devant l'insistance des autorités japonaises et de ses nombreux amis pour qu'il demeure au Japon, le Maître s'installa à Tokyo. Ainsi, le Karaté-do se développa grâce à l'enseignement qu'il ne cessa de prodiguer, à ses nombreux écrits et aux katas qu'il inventa. A la fin de sa vie, il fut le fondateur et le président du Shotokai.

 

Il insista toujours sur les aspects spirituels du Karaté-do et c'est sous son influence que l'idéogramme désignant le Karaté-do fut changé, le symbole "La main chinoise" devenant "La main vide". C'est ce sens qui est universellement reconnu aujourd'hui.

 

  Le Karaté Shotokai essaye de revenir à l’essentiel en restant loin de l'esprit de la compétition.

C’est par une connaissance de la mécanique du corps et de la physiologie qu'il est possible de développer une structure d’entraînement qui permette vraiment à l’individu d’assimiler les notions fondamentales de mobilité et de stabilité.