Audun le Tiche 2015

Il m’arrive assez souvent de me déplacer dans l’Est de France et j’ai déjà noué de multiples contacts avec des professeurs et clubs locaux. Il y a environ 1 an et demi j’ai fait la rencontre de Joseph Proietti, 4 eme Dan (BE, BE1, DEJEPS AIKIDO) lors d’un déplacement sur Thionville (57). 

La proximité avec le Luxembourg et son activité économique favorable est peut-être une des raisons expliquant un tel investissement dans la région. En tous cas, le dojo est vraiment très agréable, bordé de champs et une belle surface de tatamis s’offre aux pratiquants.

Elève de Christian Schweitzer (5eme Dan à Thionville), sa pratique et sa sympathie m’avaient à l’époque déjà bien intéressées. C’est donc tout naturellement que revenant dans la région, j’ai repris contact pour savoir si je pouvais pratiquer à nouveau avec lui. Joseph est un passionné, il a commencé l’Aïkido en 1987 à Thionville chez Christian Schweitzer un peu par hasard en accompagnant son beau-frère à un entrainement. Puis immédiatement, séduit par l’utilisation de la force de l’autre, l’absence de compétition et l’ouverture de l’aikido à tous les âges, tailles et morphologies, il n’a plus jamais quitté les tatamis.

 

Joseph est fortement influencé par le style de Christian Tissier et de ses élèves, Pascal Norbelly, Marc Bachraty, Bruno Gonzalez et également Michel Erb.

J’ai d’ailleurs eu l’occasion, lors d’un stage de préparation 3eme - 4eme dan, de discuter de Joseph avec Michel Erb qui se souvenait très bien de lui.

Joseph a commencé à enseigner en 2002 et depuis 2 ans, il a la chance d’avoir à sa disposition un dojo tout neuf : AUDUN AIKIDO JO, situé à Audun-le Tiche.

 

Les cours se déroulent:

à Audun-le Tiche : lundi de 19h30 à 21h00 et jeudi de 19h00 à 20h30,

à Thionville : mercredi  et vendredi de 19h30 à 21h30

Tous les lundis, Joseph donne un cours d’armes, et comme je l’avais contacté par téléphone avant mon arrivée et qu’il m’avait prévenu, je suis venu avec les miennes pour pratiquer.

Par ce lundi très ensoleillé je suis arrivé  un peu en avance et sur place une personne, le président du club (Franco Galluzzo) m’attendait, averti de ma venue par Joseph. L’ambiance est très conviviale et au fur et à mesure que les pratiquants arrivent, nous discutons tous un peu, de nos régions d’origine, de nos expériences de pratiquants..

C’est aussi ça la richesse de l’Aikido, la rencontre, l’échange, et cela avant même de commencer la pratique !

Joseph arrive et après quelques mots et un salut, nous commençons donc l’échauffement.

Etant donné que nous allons pratiquer les armes, l’échauffement est quasiment effectué  via des suburi. Les frappes s’enchainent ainsi que le kiai des pratiquants, rythmés au son de la voix de Joseph qui compte en japonais en accélérant doucement mais surement la vitesse d’exécution.

Quelques minutes plus tard, nos épaules, -même relâchées- nous donnent l’indication que nous avons suffisamment travaillé ….. nous sommes prêts pour la suite !

Le thème pratiqué au bokken sera donc le travail des KIHON DACHI (principes fondamentaux) de l’école Kashima Shin Ryu.

Les techniques s’enchainent, Kesa giri, Ashi Barai Ukibune, Kurai Dachi,.. La complexité des mouvements va croissant et je suis étonné de voir à quel point les KYU suivent bien....

Joseph focalise sur les points importants sans noyer les pratiquants de détails superflus. L’essentiel est donné verbalement et avec démonstration, le reste est acquis lors de la pratique. Pendant les mouvements, il passe dans les rangs pour voir et corriger individuellement chaque pratiquant en adaptant les points de correction en fonction du niveau.

Joseph fait pratiquer les armes aux débutants très tôt dans leur progression, ce qui a pour objectif de les habituer à bien manipuler bokken et jo. La fréquence des entrainements aux armes (tous les lundis) a également pour conséquence d’amener les kyu à avoir des attitudes plus correctes que certains pratiquants plus  gradés que j’ai pu rencontrer ailleurs. Le travail sur la sortie des lignes d’attaques, le respect de la verticalité du corps et la notion d’irimi sont très présents dans les armes et les travailler facilite la transition des attitudes au travail à mains nues.

Après avoir travaillé le bokken pendant une grande partie du cours, nous changeons d’arme pour passer au jo.

Sans vraiment avoir besoin de réviser, sur la proposition de joseph le ton est donné et tout le monde se lance dans le kata des 14 (ou 13 frappes suivant la façon de les comptabiliser).

Après avoir réalisé quelques séries, Joseph demande si tout le monde est prêt pour le kata des 31 frappes ! Après avoir d’abord pensé qu’il s’agissait d’une plaisanterie, je me rends compte que tout le monde, confirmé comme débutant, se positionne pour l’exécution du fameux Kata d’Osensei. Nouvelle confirmation -s’il en fallait- que tout le monde ici pratique les armes au moins 1 fois par semaine !

  Les larges baies vitrées du dojo commencent à laisser paraitre les prémices de l’obscurité nocturne à venir, nous sommes en début de soirée. Après quelques séries du kata des 31, le cours s’achève sur un salut commun. J’ai le sentiment d’avoir fait beaucoup de choses aux armes tout en respectant les principes de l’Aïkido, merci Joseph pour ton accueil.

N’hésitez pas si vous êtes de passage dans la région Est à le contacter pour aller pratiquer dans son club et si c’est un lundi, surtout n’oubliez pas vos armes!

Personnellement, dès qu’une prochaine occasion d’aller travailler dans l’Est de la France se présentera, c’est avec plaisir que "j’irai pratiquer chez vous !"

 

Sylvain Delassus