GUYANE 2013

Lors d’un déplacement professionnel en Guyane j’ai eu la possiblité d’aller pratiquer l’Aikido sur place au BUSHIDO CLUB AIKIDO DE CAYENNE-MATOURI. J’ai saisi cette l’opportunité et en conserve un très bon souvenir.

 

Le professeur Ange Alcide (Yondan), est également président de la ligue Aïkido de Guyane.

Après un premier rendez vous malheureusement manqué initialement programmé dans le tout nouveau PALAIS REGIONAL OMNISPORT GEORGES THEOLADE (PROGT) situé à MATOURI, ..... 

  .... je reprends date pour le prochain entrainement qui doit avoir lieu dans un autre dojo, à MONT-LUCAS.

 

Pour un "métro" (métropolitain, habitant en France) comme moi, autant trouver le PROGT avait été simple vue l'imposante taille des bâtiments neufs de cette structure sportive , autant trouver le dojo de MONT-LUCAS fût unt toute autre aventure.

En Guyane les routes ne sont ni très larges ni très éclairées et lorsque je me rends au cours d’AIkido de 19 heures, la nuit est déjà là depuis longtemps  et la température est encore très élevée.

 

En Guyane, le jour se lève à 6 heures et la nuit tombe … à 6 heures.  Pour se rendre au dojo qui se situe en plein coeur d’une petite citée de bâtiments il faut emprunter une petite route, la piste Tarzan, route très peu éclairée où se mêlent joyeusement voitures et passants.

J’avoue avoir fait les tour plusieurs fois en voiture avant de pouvoir trouver. Heureusement, grâce à un contact téléphonique avec Ange j'ai pu enfin trouver l'endroit et des pratiquants en keikogi sont sortis m'attendre à l'extérieur.

 

 

L'ambiance est très cordiale. Il s’agit d’un grand bâtiment, la surface de tatamis dans le dojo est importante.

 

Atypisme d'un dojo tropical, pendant le salut , un petit visiteur à quatre pattes traverse le tatami comme si de rien n'était, Ange repousse le lézard de la surface avant de continuer.

 

La première épreuve pour moi c’est d’enfiler mon KEIKOGI  et mon HAKAMA car ici la chaleur et l’humidité rendent difficiles pour le “métro” que je suis ces actions pourtant réalisées maintes et maintes fois.

 

L’entrainement n’est pas très rude mais il suffit de quelques instants pour que je sois assomé par la chaleur ambiante. Je me dis alors que s’il était possible d’ouvrir des fenêtres, de faire un courant d’air ce serait idéal… mais après un rapide tour d’horizon de la salle dans laquelle nous pratiquons, je m’aperçois que tout le bâtiment est déjà ouvert !

 

Quelques  gradés sont là et pas mal de débutants sont également présents. Les techniques sont adaptées au niveau de chacun et Ange apporte sa petite touche suivant le niveau des pratiquants afin que tous puissent travailler suivant leur grade.

 

Les techniques s'enchainent de façon fluide dans la bonne humeur et le respect mutuel. La durée de l'entrainement me semble courte, mais l'humidité contenue dans mon KEIKOGI me rappelle que mon corps a quand même déjà beaucoup transpiré ! Encore une leçon de prise: l'économie de mouvements prend ici tout son sens avec le climat tropical.. 

 

On ressent la rigueur du travail d'Ange dans sa pratique ainsi qu'une influence certaine de Christian Tissier. Tout cela se traduit par un vrai plaisir de pratiquer avec lui et ses élèves, ses conseils  et ses remarques sont toujours avisés.

 Pour la gentillesse d’Ange et sa disponibilité,  l'accueil des pratiquants du club mais également pour l’expérience de la pratique en milieu tropical, la prochaine fois que je viendrai en Guyane, "j’irai pratiquer chez vous".

 
Sylvain Delassus