LYON Septembre 2017

C’est à l’occasion d’un déplacement en voiture sur Lyon que je décide d’emmener avec moi mon keikogi.

 

Je sais que la FFAAA est représentée à plusieurs endroits sur Lyon, alors après une rapide recherche sur internet je porte mon choix sur un club qui pour une fois n’est pas trop éloigné de l’hôtel ou je réside.

J’irai donc pratiquer au CLAM, le Centre Lyonnais des Arts Martiaux.

 

En recherchant un peu sur internet il est facile de trouver des informations sur ce lieu riche en histoire. Ce club, fondé en 1965 est en effet l’un des premiers où étaient regroupées différentes disciplines du BUDO.

 Originellement situé dans le 1er arrondissement de Lyon , le manque d’espace  oblige à relocaliser le CLAM dès  1977 au 34 rue Marietton dans le 9 eme arrondissement de Lyon. C’est donc ici que je me rends.

C’est au fond d’une petite allée, dont l’accès est sécurisé par une porte à digicode que se trouve le DOJO.

Le dojo est celui de Bernard Monneret, figure remarquable s’il en est dans le monde du budo.  En effet, son parcours aux multiples facettes dans les arts martiaux depuis près de 70 ans de pratique est impressionnant :  6 eme dan d’Aïkido , 4 eme dan de Judo, 3 eme dan de Karate , 1er dan de Iaido et 1er dan de Kendo !

Je n’ai pas eu le plaisir de rencontrer Mr Monneret (qui enseigne toujours) mais  j’ai eu la chance de découvrir un autre expert qui donne des cours au CLAM :  Dominique Rascle, 6 eme DAN AIKIKAI et UFA .

 

Dominique animera donc dans une salle au parquet en bois un premier cours de 45 minutes basé exclusivement sur le travail aux armes qui sera suivi d’un cours d’une heure environ à mains nues dans un espace avec tatamis cette fois ci.

 

La première partie de travail aux armes donne le ton, nous sommes en septembre, en début de saison et déjà la finesse des gestes, la précision de la posture et l’intention de l’action sont au cœur de toutes les interventions de Dominique.  

Après un échauffement sur base de suburis, une série d’échanges au bokken est abordée (frappe/ esquive/frappe/riposte). Le travail demandé est très clair et précis et la progression technique intensifie petit à petit la complexité des échanges réalisés.

J’apprécie tout spécialement les précisions et explications dont Dominique ne semble pas avare. Je comprends ce que je fais et pourquoi je le fais. C’est ce que j’aime par-dessus tout en Aïkido: comprendre le pourquoi permet de démystifier des postures qui parfois pourraient paraître trop figées ou dénuées de sens.

Le travail à mains nues était orienté sur une saisie Katatedori avec pour idée de guider UKE dans sa saisie sans le contraindre, en minimisant les efforts et surtout en gardant le contact.

 Dominique est expert et excellent pédagogue à la fois. Il n’hésite pas à prendre le temps d’apporter les précisions nécessaires à la bonne exécution d’une technique. Cela permet de mettre en avant les points forts de celle-ci et d'éviter ainsi l’aspect complaisance d’un mouvement trop souvent répété de façon mécanique.

(Par exemple, TORI ne réalisera pas l’aspiration sur une saisie katatedori en repliant le bras mais au contraire en allant vers UKE).

L’usage de la force directe est banni au profit d’un travail plus en sensations, en contact, en justesse d’intention de UKE. Autant de points que Dominique contrôle et instille aux pratiquants par le biais d’une progression dans le travail dont la complexité est graduelle.

 

La progression que je crois percevoir dans le thème du cours est une déclinaison des techniques exploitant ce contrôle particulier sur saisie katatedori.

De l’éducatif pour mettre en mouvement UKE à la mise en application sur des techniques comme Ikkyo, Kokyu, Kaiten nage, Uchi kaiten kokyu , là encore, la progression déclinée par Dominique est implacable de logique et paraît tellement naturelle….qu’elle donne envie.

 

Dominique est abordable, il pratique avec tout le monde et j’ai eu énormément de chance et de plaisir à pratiquer avec lui en tant que UKE et même TORI.   

Pour sa progression personnelle en Aïkido, Dominique Rascle effectue régulièrement des voyages au japon à l’Aïkikai pour se rapprocher de l’enseignement des grands experts. Il invite également régulièrement MIYAMOTO Tsuruzo Sensei (8eme dan) sur Lyon, ce qui est à chaque fois un évènement riche pour tous les pratiquants.

Merci pour tes conseils Dominique, je sais que j’aurai l’occasion de revenir sur Lyon dans le cadre des missions liées à mon activité professionnelle et ce sera alors avec grand plaisir que je retournerai au CLAM pour pratiquer et suivre à nouveau ton enseignement précis.

 

Cordialement,

Sylvain Delassus