TOULOUSE, Franck Noel  2015

Je me déplace assez souvent dans la région du sud ouest et notamment sur Toulouse, et comme à chaque fois….  j’apporte mon KEIKOGI car je sais qu’il y a de nombreux clubs d’Aikido sur Toulouse.

Lorsque je suis dans la région, j’affectionne tout particulièrement la gentillesse dont font preuve Dany (4eme dan) et Serge Socirat (4eme dan)  (http://www.espaceaikido.org ) qui distillent un enseignement qui est très proche de celui que j’affectionne, c’est-à-dire très orienté sur la pédagogie. C’est d’ailleurs peut–être aussi pour cela qu’ils sont impliqués au niveau fédéral dans l’enseignement des enfants et des ados.

Le Dojo de la Roseraie se trouve facilement grâce à une grande pancarte placée sur le mur représentant deux aïkidokas . Les couleurs légèrement passées de la pancarte, indiquent clairement que le dojo n'a pas été monté hier et qu'ici, le soleil est bel et bien présent... ce qui laisse présumer que la chaleur sera aussi au rendez-vous sur le tatami..

Cette fois, j’ai décidé de retourner chez Franck Noël (7eme dan) chez qui j’étais déjà allé, quelques années plus tôt. A l’époque, je n’avais pas eu la chance d’assister directement à l’un des cours qu’il délivrait, mais j’avais cependant pu pratiquer lors d’un cours donné par un de ses élèves.

Le Dojo se situe 4 Chemin de Nicol, dans le quartier de la Roseraie, au Nord Est de Toulouse.

Le dojo est situé derrière la grande baie vitrée qui donne directement sur la rue. Les vestiaires se trouvent à l’étage et une sensation réelle de grande famille se dégage de l’ambiance de ce dojo. On vient de loin pour suivre Franck Noel tant son nom est connu et son expertise reconnue au-delà de nos frontières. Il faut dire que l’expert a pratiqué de nombreuses années au japon au Hombu Dojo directement avec Kisshomaru Ueshiba  et Yamaguchi Sensei qu’il anime de nombreux stages tout au long de l’année.

Les nationalités se croisent et tout le monde se retrouve après le cours à l’étage pour partager un moment après avoir pris le temps de balayer soigneusement les tatamis. 

Cette fois ci, restant la semaine complète sur Toulouse,  j’ai eu la possibilité d’assister à quelques cours donnés au Dojo de la Roseraie.

 

lundi : le cours est donné par une des élèves de Franck Noel.

Mercredi : c’est Franck Noel qui donne les cours, d’abord un cours d’arme de 18h30 à 19h30 puis un cours normal donné de 19h30 à 20h30.

Jeudi : (en été) c’est un cours normal qui est donné de 19h30 à 20h45.

Quelques mots sur l’agenda de pratique  de cette semaine:

Lundi : L’élève de Franck Noel (dont je n’ai pas noté le nom) est une jeune femme qui pratique l’Aïkido avec élégance, maitrise et efficacité. Elle démontrera, avec une logique de progression sans tâches différentes façons de se placer sur une attaque Shomen afin de «prendre le centre» de UKE. Différentes formes de KOKYU seront étudiées et expliquées pendant le cours.

Mercredi : C’est Franck Noel qui anime le cours dédié aux armes qui sera suivi d’un cours normal.

Dès l’échauffement au JO, je m’aperçois que le niveau des élèves de Franck Noel est évidemment très haut et je me rends compte qu’il va falloir m’appliquer pour pouvoir retenir un maximum de choses malgré la chaleur qui est comme prévu, bien présente.

Le travail d’armes sera orienté sur les attaques/ripostes  JO / JO. Franck Noel démontre de façon méthodique tout d’abord le travail de UKE,  que tout le monde travaille dans un premier temps,  puis celui de TORI, que tout le monde travaille également avant de passer à l’enchainement à proprement dit.

Le travail seul n’était déjà pas d’un niveau très simple, alors autant dire que le travail à deux nécessita concentration et application…

Les enchainements sont rapides, évidents de logique et pourtant si difficiles à retenir et à appliquer. Il y a en moyenne 3 à 4 attaques par enchainement qui donnent lieu à des séries : attaque/protection/contre-attaque.

Le travail est difficile mais passionnant car il montre clairement que la route de l’enrichissement technique est encore bien longue…

 

S’en suit un cours normal, toujours animé par Franck Noel et comme pour montrer que l’on peut bien aborder l’Aïkido par tous ses aspects, le cours commence en SUWARI WAZA par un travail KOKYU HO, … que l’on pratique en général en fin de cours….

Le même travail est ensuite proposé en TACHI WAZA

 

Le thème est donné, ce sera l’application de différentes formes de KOKYU HO réalisés en SUWARI WAZA suivis de leurs déclinaisons possibles en TACHI WAZA.

 

Au moins 5 formes différentes de KOKYU HO et leur application possible en TACHI WAZA sont démontrées, amenant jusqu’à des mouvements tels que KUBI NAGE (projection du corps avec saisie de la tête de UKE), mouvement que j’avoue ne pas pratiquer très souvent.

 

Jeudi : Aujoud’hui Franck Noel annonce dès le premier mouvement le thème :  KAESHI WAZA (techniques de retournement ou de contre).

Sur attaque SHOMEN/IKKYO … transformé en KOKYU

Sur saisie KATA/NIKKYO …transformé en SANKYO

Le cours avance et les techniques de KAESHI s’enchainent en passant par des techniques connues comme KOTE GAESHI / KOTE GAESHI en allant vers des techniques moins courantes finissant par un déséquilibre effectué sur la jambe du partenaire (attaque SHOMEN/ IRIMI / ASHI GAESHI).

La fin de cours approche et le thème aura été maintenu du début à la fin… Quelle richesse que le maillage des techniques d’Aïkido que l'on peut assembler à l’infini telles les pièces d’un puzzle qui n’en finirait pas.  Les KAESHI WAZA en sont le parfait exemple..  

 

Ce que j’ai particulièrement apprécié au dojo de Franck Noel, c’est la proximité avec l’expert, la possibilité de pouvoir pratiquer avec lui directement à plusieurs reprises. Les cours de fin d’année, juste avant les grandes vacances d’été, sont généralement propices aux absences dans les clubs. Il est agréable pour ceux qui restent de se retrouver en petit nombre sur une grande surface de tatami pour essayer de reproduire les techniques d’un expert, loin du tumulte des stages bondés où les centimètres au sol pour pouvoir pratiquer se font rares…

 

Pour cette proximité de travail possible avec un grand expert, pour la qualité de l’enseignement qui est délivrée et par-dessus tout  pour la sympathie des Aïkidokas de différentes nationalités qui pratiquent ici,  à mon prochain passage sur Toulouse, « J’irai à nouveau pratiquer chez vous »

Sylvain Delassus